INTERVIEW DE JEAN-SÉBASTIEN MARIAGE

1/ Pensez-vous que la pratique de l’improvisation radicale, celle que l’on appelle « libre », non idiomatique, totale est arrivée à une forme d’académisme ?


Désolé, mais je ne vais pas être tendre avec certains musiciens plus jeunes que moi...
 Il y a aujourd'hui une jeune génération, qui pour une bonne part a fait le conservatoire, qui sait tout faire, toutes les musiques. 
Ceux-ci jouent la musique improvisée comme une autre, comme un répertoire.
 C'est un non-sens pour cette façon d'aborder ce que j'appellerais un mode de vie et ça s'entend.
 Cela séduit bon nombre de programmateurs qui voient là des prestations "propres" et modernes.
 Cette pratique n'est justement pas radicale, mais consensuelle. 
Oui, il existe aujourd'hui un idiome de la musique non-idiomatique.

 Il y a toujours des musiciens, de tout âge, qui jouent cette musique avec un engagement profond.
 Des artistes qui improvisent pour rester vivants, qui nous montrent qu'on peut risquer de ne pas savoir.

 Lesquels vont prendre le dessus ?
 Les premiers prennent déjà beaucoup de place, les seconds sont souvent relégués au réseau underground.

 Tout cela suit sûrement l'éternel logique qui dit que la création, pour rester authentique, doit rester insoumise.



2/ Comment envisager sa musique de façon novatrice aujourd’hui ?


La nouveauté m'intéresse beaucoup moins que la création d'un présent, toujours unique.

 Nous pouvons parfois l'atteindre en travaillant à ne pas mettre du savoir dedans.



3/ Qu’est-ce qu’une musique radicale ?


Celle-là.



4/ Décrivez moi l’album de rock essentiel


Le prochain.
 Il y en a un qui vient de sortir :
Rock N Roll Consciousness de Thurston Moore.



5/ Comment abordez-vous votre pratique instrumentale aujourd’hui, que cherchez-vous et qu’avez-vous trouvé ?


Quand je pratique mon instrument, la plupart du temps en étudiant tout type de répertoire, je ne cherche pas à trouver, mais à être en condition de chercher.
 Je cite Xavier Charles : "Être en forme sur l'instrument."



6/ Quelle est la différence entre un jazzman et un improvisateur ?


Le jazzman est à ranger dans la catégorie de ceux qui proposent des objets référencés.



7/ Êtes-vous à l’aise avec vos racines musicales ?


Comme j'ai commencé pendant les deux premières années à faire absolument n'importe quoi sur la guitare sans me soucier de musique, oui.



8/ Citez-moi un artiste essentiel que vous avez découvert récemment et en quoi son travail vous a renversé


La musique pour quatuor à cordes de Giacinto Scelsi.
Je ne comprends pas comment il fait pour mettre autant de tension dans une presque immobilité.



9/ Comment se prénomme le duende dans l’improvisation ?


Dieu !



10/ Quel est votre plat préféré ?


Le prochain que je vais manger...