CHANSONS IMPOPULAIRES – FRÉDÉRIC LE JUNTER

BIO

Je suis attiré par la contemplation du chaos, de la complexité, l’entremêlement des multiples réalités.

J’aime regarder/écouter le hasard en mouvement, sa vitesse, sa texture, sa densité, percevoir les paramètres que je sens communs avec les différents flux de la réalité qui m’entourent, plus précisement le son, les fréquences qui le composent et l’espace, la météo, les reflets de la lumière, la circulation de l’énergie dans le paysage sonore ou visuel.

Je transpose très simplement ces perceptions en sons, en mouvements de lumière, en actions incertaines.

Je produis dans plusieurs directions, installations sonores et plastiques, performances, concerts, et chansons, objets divers, depuis 1984.

Je me suis concentré ces dernières années sur des machines sonores amplifiées, de petites dimensions, que j’utilise en concert. Avec ces machines, j’explore la densité, les combinaisons de matières sonores faites et mixées en direct  ; chaque machine comporte un ou plusieurs instruments mis en œuvre par un système mécanique. J’aime montrer l’aspect visuel du son en train de se produire, l’incertitude en action, celle de la machine et la mienne qui joue avec tout çà.

Lire la suite…

CONCERTS

/// CHANSONS IMPOPULAIRES

/// INSTALLATIONS DIVERSES

Quitter

Chansons impopulaires

PRESSE

Avec Dominique Répécaud et Frédéric Le Junter, on a appris à se méfier des apparences. Le premier serait guitariste, pour sûr un des musiciens qui comptent en France, membre du séminal et free-rock Soixante Etages et instigateur de moult rencontres depuis deux décennies. Quant au second, c’est un inventeur génial qui crée des instruments joués par des machines, connu pour ses expériences avec Pierre Berthet et Silent Block. Les deux s’entendent comme larrons en foire dès qu’il s’agit d’en découdre avec la matière sonore. Mû par le hasard (la part d’improvisation) comme par le déterminé (l’amour de la chanson), ce décapant duo confronte là savoir et incertitudes. En résultent d’iconoclastes brassages en forme d’épatantes chansons d’amour éructées par l’un et lézardées par les fulgurances soniques de l’autre.

Richard Robert ©Les Inrocks